Durant notre séjour en Bourgogne nous avons participé à la création d’un potager inspiré des principes de la permaculture qui s’inscrit dans une réflexion plus large sur le design (conception) de la production de nourriture du lieu dans lequel nous étions.

L’objectif : inscrire petit à petit la production de légumes, fruits, légumineuses,  plantes aromatiques et médicinales, œufs… du lieu dans un écosystème équilibré qui demande de moins en moins de travail et aucun intrant.

Nous nous sommes donc basés sur la permaculture (aménager son environnement pour répondre à ses besoins en s’inspirant de la nature) pour réaliser notamment un potager en culture sur buttes-lasagnes ainsi qu’une plantation de “milpa” (également connue sous le nom “des trois soeurs”, culture de maïs, haricot et courge).

 


La culture sur buttes

Basée sur la décomposition progressive des matières, cette technique de jardinage permet de faire pousser des plantes en surélevant le sol sur les endroits cultivés. Il existe différents types de buttes : buttes en lasagnes, buttes-sandwich, buttes forestières… Toutes possèdent de nombreux avantages : à la fois riches, productives et auto-fertiles, se passant des intrants chimiques et du travail du sol. En effet, la décomposition lente des matières organiques libère de l’engrais naturel sur plusieurs années. En parallèle, la butte agira comme une “éponge” et conservera l’humidité absorbée. Par ailleurs, sa hauteur et sa forme triangulaire permettent d’éviter d’avoir à se baisser et augmentent la surface de culture par mettre carré (deux faces).

Ainsi, la création d’une butte de culture, imite les processus naturels et créé ainsi un véritable écosystème. Il s’agit d’un espace vivant et riche en biodiversité, mais aussi très productif grâce à l’amélioration du sol qu’elle procure.

Pourquoi avoir choisi la méthode des cultures sur buttes-lasagnes ?

Cette technique a été mise au point par Patricia Lanza, une jardinière Américaine ne sachant comment se débarrasser des déchets de son restaurant et du jardin. Elle a eu l’idée de les empiler par couches successives en alternant matières brunes riches en carbone et matières vertes riches en azote, sur une épaisseur d’environ trente centimètres, le tout abondamment arrosé pour créer une fermentation, et planter des légumes sur ce substrat paillé. La butte en lasagne peut généralement être cultivée durant 4 ou 5 ans, suivant la composition des différentes couches.

Le jardin que nous voulions créer étant situé dans une ferme céréalière (en semis-direct sous couvert), il nous a été facile de trouver les matières premières (bois en décomposition, tonte, paille, compost,…) pour faire les buttes. Le choix de la lasagne s’est fait  à titre expérimental car nous n’avions pas de contrainte majeure (comme un manque d’espace ou un sol caillouteux qui justifieraient tout à fait un tel choix par exemple).

Comment la mettre en œuvre ?

La culture sur butte requiert beaucoup de travail pour sa mise en place la première année. En effet, le temps passé est assez considérable mais le résultat final en vaut l’effort, je vous assure !

Pour notre part, voici comment nous avons procédé étape par étape :

 


La milpa, une association de plantes ancestrale

Cette méthode consiste à cultiver simultanément maïs, courges et fèves. C’est une technique agricole ancestrale de culture associée pratiquée par les Amérindiens depuis plus de 6000 ans.

Cette méthode permet de mettre en place un mini-écosystème autosuffisant d’une efficacité étonnante qui demande un apport énergétique minimal.

 

D’un point de vue nutritif, la culture des trois plantes génère une alimentation tout à fait équilibrée. Le maïs est riche en glucides et en protéines. Les haricots secs sont riches en protéines et contiennent même les acides aminés qui manquent au maïs. Finalement, les courges (et leurs graines) sont sources de vitamines et de lipides.

Ayant récupéré des semences paysanes de Sorgho lors de notre séjour à Longo Maï nous avons choisi de les semer à la place du maïs.

Le sorgho (céréale sans gluten de la famille des graminées) sert de tuteur aux haricots grimpants que nous venons semer une fois que le sorgho a atteint une quinzaine de cm de haut.

Les trois haricots semés autour du sorgho permettent de fixer l’azote dans le sol dont les deux autres plantes ont besoin.

Enfin, nous avons semé une graine de courge par pied de sorgho, cette dernière profite de l’ombre de ses deux soeurs pour s’épanouir et leur offre en retour une couverture au sol évitant la pousse d’herbes non désirées et maintient l’humidité. En attendant que les courges aient couvert le sol, il ne faut pas hésiter à le pailler !

 


Sources :

La méthode des lasagnes au potager

Les Trois Sœurs et La Milpa: des techniques ancestrales de cultures associées

 

Catégories : Kit d'autonomieSe nourrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *